La rente d’invalidité pour les professionnels libéraux


En tant que professionnel libéral, vous êtes à la fois le propriétaire de votre entreprise et l’artisan de votre propre succès. Mais avez-vous déjà envisagé ce qui se passerait si vous étiez frappé par une invalidité qui vous empêcherait de travailler ? Une rente d’invalidité est un moyen de protéger votre gagne-pain et votre qualité de vie face à un tel scénario.

La rente d’invalidité pour les professionnels libéraux est une prestation financière qui vous est versée si vous êtes jugé incapable de travailler en raison d’une maladie ou d’un accident. Elle peut fournir un revenu d’accompagnement pour vous aider à maintenir un certain niveau de vie et à couvrir tout ou partie de vos dépenses courantes.

Tout professionnel libéral est dans l’obligation de cotiser à une caisse de retraite. Chacune de ces caisses, et elles sont nombreuses, ont leur propres règles en matière d’indemnités journalières et de rentes d’invalidité, et chacune a ses propres barèmes de calcul du taux d’invalidité, en combinant parfois taux fonctionnel et taux professionnel, ce qui n’est pas toujours à l’avantage de l’assuré.

La rente d’invalidité pour les professionnels libéraux

Tableau à double entrée présenté par la CARCDSF (caisse des chirurgiens-dentistes et des Sages femmes) présenté BEAM Prévoyance. Dans cet exemple, le professionnel a une invalidité professionnelle de 80%, il ne peut donc pas exercer son métier, et un taux d’invalidité fonctionnel de 20% (il peut donc faire ‘autre chose’), dans ce cas, le taux combiné lui confère un taux d’invalidité de 23.75% qui ne lui permet de recevoir aucune rente d’invalidité… Alors même que son handicap l’invalide à 80% à exercer son métier. Il est très important de bien lire et comprendre votre contrat de prévoyance invalidité et retraite.

De plus, les critères d’admissibilité peuvent varier en fonction de votre situation professionnelle et de la nature de votre invalidité.

L’importance des caisses de retraite obligatoires pour les professions libérales

Les caisses de retraite obligatoires pour les professions libérales sont ‘imposées’ en fonction du métier indépendant exercé. Elles jouent un rôle important dans la fourniture de prestations de retraite et d’invalidité à ceux qui ne sont pas couverts par un régime de retraite d’entreprise, mais elles ne couvrent pas, loin s’en faut, les pertes financières causées par un arrêt de travail prolongé dû à une maladie ou un accident de la vie.

Ces caisses de retraite sont généralement gérées par des organismes professionnels ou des associations de travailleurs indépendants, qui veillent à ce que les cotisations soient collectées et que les prestations soient versées en temps voulu. Elles peuvent également fournir des conseils et une assistance en matière de planification de la retraite et de protection contre l’invalidité.

Lire aussi  Specialiste du genou, quand consulter ?

Cependant, tout en reconnaissant l’importance des caisses de retraite obligatoires, il convient également de souligner que leur rôle est relativement limité en ce qui concerne le paiement des rentes d’invalidité. Nous ne leur jetons pas la pierre, ces caisses de retraite font ce qu’elles peuvent avec ce qu’elles ont.

Évaluation de l’incapacité professionnelle et fonctionnelle

L’évaluation du handicap professionnel et fonctionnel est une étape essentielle pour déterminer si vous êtes éligible à une rente d’invalidité. Cette évaluation est généralement effectuée par un médecin ou un autre professionnel de la santé, qui examinera votre état de santé et votre capacité à effectuer les tâches liées à votre profession.

Le handicap professionnel est défini comme l’incapacité à exercer votre profession en raison d’une maladie ou d’un accident. Par exemple, si vous êtes chirurgien et que vous perdez l’usage d’une main, vous êtes considéré comme ayant un handicap professionnel.

Le handicap fonctionnel, en revanche, se rapporte à votre capacité à effectuer des activités de la vie quotidienne, comme vous habiller, vous nourrir ou vous déplacer. 

De nombreuses caisses de retraite utilisent ce fameux tableau à double entrée, qui de fait, combine taux professionnel et taux fonctionnel, et vous rend inéligible à une rente d’invalidité alors même que vous ne pouvez plus exercer votre métier. Il est donc très important (sinon vital) de contracter un contrat de prévoyance volontaire pour pallier à ce manquement.

Le rôle relatif et limité des caisses de retraite et de prévoyance obligatoires

Malgré leur importance, les caisses de retraite obligatoires et de prévoyance jouent un rôle relativement limité dans le montant des rentes d’invalidité. Cette situation s’explique par plusieurs facteurs.

Tout d’abord, les prestations d’invalidité versées par ces caisses sont généralement basées sur un pourcentage de vos revenus antérieurs, qui peut ne pas être suffisant pour couvrir vos dépenses courantes. De plus, elles sont souvent soumises à un plafond, ce qui signifie que vous ne pouvez pas recevoir plus d’un certain montant, quel que soit votre niveau antérieur de revenu.

Ensuite, l’éligibilité aux prestations d’invalidité peut être limitée par des critères stricts, tels que la nécessité de prouver que vous êtes totalement et définitivement incapable de travailler. Cela peut être difficile à démontrer, surtout si votre invalidité est progressive ou intermittente.

Lire aussi  Greffe de cheveux à l'étranger : quel pays choisir ?

Maximiser les prestations d’invalidité et de retraite

Maximiser vos prestations d’invalidité et de retraite peut vous aider à maintenir votre niveau de vie et à couvrir vos dépenses courantes si vous êtes incapable de travailler. Voici quelques stratégies que vous pouvez utiliser pour y parvenir.

Tout d’abord, il est important de comprendre comment vos prestations sont calculées et quelles sont les conditions d’éligibilité. Cela peut vous aider à planifier votre carrière et votre épargne de manière à maximiser vos prestations potentielles. Lisez attentivement vos contrats !

Vous pouvez, et nous vous le recommandons,  souscrire une assurance invalidité privée (ou volontaire) pour compléter vos prestations de la caisse de retraite obligatoire. Ces polices peuvent vous offrir une protection supplémentaire en cas d’invalidité, surtout si vos prestations de la caisse de retraite sont insuffisantes pour couvrir vos frais fixes.

Enfin, vous pouvez envisager de prendre votre retraite anticipée si vous êtes frappé d’invalidité. Cela peut vous permettre de commencer à percevoir vos prestations de retraite plus tôt, ce qui peut vous aider à compenser la perte de revenus due à votre invalidité.

Conclusion sur l’importance de souscrire un contrat de prévoyance volontaire pour s’assurer contre les accidents de la vie

En conclusion, il est crucial pour les professionnels libéraux de souscrire un contrat de prévoyance complémentaire pour se protéger contre les accidents de la vie. En effet, bien que les caisses de retraite obligatoires jouent un rôle important dans la fourniture de prestations d’invalidité, leur rôle est relativement limité et peut ne pas être suffisant pour couvrir toutes vos dépenses.

Un contrat de prévoyance complémentaire peut vous offrir une protection mieux adaptée en cas d’invalidité, en vous permettant de percevoir une rente d’invalidité en plus de vos prestations de la caisse de retraite. Il peut également vous offrir une plus grande flexibilité en matière d’éligibilité et de prestations, ce qui peut être particulièrement utile si votre invalidité est progressive ou intermittente.

En fin de compte, la protection contre l’invalidité est une question de planification et de préparation. En comprenant vos options et en prenant des mesures proactives, vous pouvez vous assurer que vous êtes prêt(e) à faire face à tout ce que la vie vous réserve.

5/5 - (1 vote)