Comment détecter le mensonge (à coup sûr) ?


Le manque de sincérité, la dissimulation, la retranscription subjective d’un point de vue… sont des phénomènes que nous rencontrons tous les jours et qui rendent la capacité à détecter le mensonge peu évidente à développer.

Ce dernier est en effet présent dans toutes les couches de la société et affecte toutes les sphères de notre vie (sociale, professionnelle et même familiale).

Il ne serait pas exagéré de dire qu’on nous ment tous les jours : depuis les discours des élites politiciennes aux messages publicitaires en passant par le partage d’expériences des autres membres de notre environnement.

Chaque interlocuteur possède une excuse, une raison bien particulière pour ne pas dire la stricte vérité : vous convaincre, vous impressionner, vous rassurer

Il semblerait cependant que dans une optique d’apaisement psychologique, il faille être en mesure de détecter le mensonge : cela nous permet d’évaluer la correspondance entre les informations reçues (et la légitimité de leurs auteurs) et nos propres valeurs.

Détecter le mensonge permettrait alors de se libérer de la manipulation, du poids des croyances limitantes qui pèsent sur notre inconscient et donnerait plus de légitimité à notre faculté de jugement.

Mais alors comment faire ? Comment détecter le mensonge à coup sûr ?

1. Détecter le mensonge grâce à l’étude du non verbal

Il est bien connu que la dissimulation de la vérité a des effets directs sur la gestuelle. Ainsi, il serait possible de détecter le mensonge en étudiant simplement la communication non verbale d’un individu.

Si dans les faits cela reste difficile (question de temps notamment) je vous propose de citer les plus évidentes de ces répercussions.

J’aimerais aussi, pour ceux qui voudraient bénéficier d’une analyse plus complète sur les moyens de détecter le mensonge en particulier et la communication non verbale en général, vous annoncer la sortie d’un ouvrage rédigé par mes soins, en collaboration avec une maison d’édition, courant mars 2013. Mais je vous en reparlerai.

Revenons aux signes corporels vous permettant de détecter le mensonge :

Les micros expressions :

Introduites par le psychologue Paul Ekman, les micros expressions seraient de brèves manifestations, à peine perceptibles, d’une disposition psychologique ou d’un sentiment que l’on cherche à dissimuler.

Involontaires, inconscientes et incontrôlables elles s’afficheraient sur le visage d’une personne qui tente de cacher la vérité.

Difficilement identifiables pour un novice en la matière, elles comptent malgré tout parmi les outils existants pour détecter le mensonge.

Les micros expressions sont aussi souvent accompagnées d’un léger tremblement des narines, ce qui permet de plus facilement les reconnaître.

Changez tout, maintenant!

 


Aujourd’hui je change ma vie, c’est la méthode choc qui va révolutionner votre quotidien et vous permettre de devenir la personne que vous rêvez secrètement d’être !

Changez votre vie!

Les gestes compensatoires :

Pour détecter le mensonge, vous pouvez vous intéresser à l’attitude générale de votre interlocuteur.

Lire aussi  Dire oui ou le challenge de l'ouverture d’esprit

Une personne qui tend à multiplier les mouvements « parasites » (inutiles, incongrus) est nécessairement aux prises avec un conflit psychologique interne.

Ainsi, une personne qui ment aura tendance à porter sa main vers son visage pour cacher sa bouche et à exprimer son stress (en se rongeant les ongles, en jouant avec ses bagues, un objet de petite taille, en se grattant plus que de raison…).

Raidissement corporel et augmentation de l’espace :

Les personnes qui cachent la vérité ont cette tendance à se raidir, à voir leurs gestes devenir moins naturels, moins amples, moins souples.

Le positionnement corporel évolue lui aussi.

Pour détecter le mensonge, intéressez-vous aux personnes qui semblent augmenter l’espace vous séparant ou dont les mouvements sont clairement hésitants.

Implications visuelles et vocales :

Voilà sans doute le moyen le plus célèbre de détecter le mensonge.

En observant le regard d’une personne, il est reconnu qu’on peut y déceler une tendance à dissimuler la vérité.

Le premier indice, c’est la réduction dans le temps du contact visuel. Ce dernier devient fuyant, semble chercher une échappatoire.

L’autre « preuve » du mensonge, c’est le fait de regarder vers sa gauche.

La partie du cerveau servant alors de référence est celle favorisant l’imagination, la construction d’une réalité, alors que la mémoire impliquerait un regard vers la droite.

Au niveau de la voix, vous pourrez détecter le mensonge en vous intéressant aux variations trop soudaines de tonalité et de rythme.

Le fait de se racler la gorge trop souvent ou de ne laisser que très peu de blancs dans une conversation sont là encore des indices d’une tendance à modifier la réalité des faits.

L’ensemble de l’analyse non verbale reste discutable et dans les faits relativement difficile à mener lors d’une discussion.

N’oublions pas objectivement qu’impliqué dans un échange, vous aurez vous-même d’autres impératifs, comme celui de répondre aux questions que l’on vous pose ou d’assimiler les informations reçues.

2. Détecter le mensonge à travers la remise en cause de la responsabilité

Vous avez sans doute remarqué à quel point la plupart des gens ont cette tendance à vouloir s’attribuer le mérite d’une action reconnue par consensus comme étant positive, enrichissante ou bien menée.

En prendre la responsabilité, c’est alors renforcer sa crédibilité et sa légitimité auprès des autres acteurs de son environnement.

La dissimulation de la vérité pousse, au contraire, à rejeter toute implication dans le processus d’accomplissement d’une action ou d’une prise de décision.

Pour détecter le mensonge, intéressez-vous aux récits qui vous sont comptés :

Quand une personne vous avoue un méfait, en commençant sa phrase par un « je » responsabilisant et en la poursuivant par le « nous », qui au contraire partage et dilue cette même responsabilité, il y a de fortes chances qu’on essaye de vous manipuler…

Plus une personne semble se détacher de ladite action ou en attribuer le mérite à quelqu’un d’autre, plus votre suspicion devra rester en alerte.

3. Détecter le mensonge en posant des questions directes

Détecter le mensonge passe par la reconnaissance des incohérences communicationnelles que nous percevons.

Lire aussi  Comment se débarrasser de nos mauvaises habitudes ?

À ce titre, quand vous soupçonnerez un détournement de la vérité, il est conseillé de tout simplement poser des questions.

Les réponses formulées pourront vous aider à définir la crédibilité de votre interlocuteur.

Une des tendances les plus fréquentes chez les menteurs, quel que soit leur milieu social, c’est le babillage.

Changez tout, maintenant!

 


Aujourd’hui je change ma vie, c’est la méthode choc qui va révolutionner votre quotidien et vous permettre de devenir la personne que vous rêvez secrètement d’être !

Changez votre vie!

Au lieu de répondre clairement à vos interrogations, une personne qui vous ment tentera de vous noyer dans un flot d’informations.

Inconsciemment, cette manœuvre sert à se dédouaner, tout en justifiant le fait d’avoir fourni des explications.

C’est d’ailleurs une technique utilisée au quotidien par nos représentants.

Regardez les débats politiques, quels qu’ils soient et vous vous apercevrez qu’il est bien rare de voir un interlocuteur répondre précisément à une question.

Pour détecter le mensonge, il convient alors de focaliser son attention sur la précision des réponses apportées par nos interlocuteurs.

Plus ils tournent autour du pot, plus leur crédibilité peut être remise en cause.

4. Détecter le mensonge par l’analyse de la réaction de vos interlocuteurs

Un autre réflexe très simple à identifier, qui pourra vous aider à détecter le mensonge, c’est la tendance qu’ont les dissimulateurs à vous renvoyer la balle.

Au lieu de répondre de manière franche et directe à vos interrogations, les personnes peu enclines à dire la vérité auront tendance à elles-mêmes, terminer leur discours par une question.

Comme si cette dernière allait vous déstabiliser ou remettre en cause votre crédibilité. À bien y réfléchir, cette méthode est très courante.

Elle permet de minimiser sa propre implication en essayant de faire peser la culpabilité sur la personne qui nous accuse.

Ces retournements collent rarement avec le contexte : ces questions sortent de nulle part et apparaissent objectivement comme des bouées de secours permettant de réfuter sa responsabilité.

La capacité à détecter le mensonge n’est pas uniquement un outil permettant de renforcer votre légitimité lors de conflits.

Elle est aussi efficace pour mettre à jour les personnalités toxiques, renforcer votre confiance en vous et vous permettre une meilleure adaptation à votre environnement.

En sachant comment détecter le mensonge, vous vous protégez et vous permettez d’évoluer de manière sereine, en vous libérant de toute manipulation.

Et vous, comment vous y prenez vous pour repérer une distorsion de la vérité ?

N’hésitez pas à nous faire part de vos expériences à travers les commentaires ou le forum !

À bientôt !

Newsletter Gratuite

 

Découvrez les « 10 secrets du bien-être et de l’apaisement psychologique » ! Forgez vos armes pour reprendre le contrôle de votre vie.

Pour en savoir plus sur la newsletter






 

Notez cet article !