Cancer du sein: Quand se faire dépister?


Le cancer du sein est le type de cancer le plus courant chez les femmes. Il peut également survenir chez les hommes, mais cela n’est pas si fréquent. Les tests et les traitements du cancer du sein varient d’une personne à l’autre et sont basés sur les circonstances individuelles. Certains facteurs tels que votre âge, vos antécédents familiaux ou un diagnostic antérieur de cancer du sein peuvent augmenter votre risque de développer un cancer du sein. Pour plus d’informations sur vos facteurs de risque spécifiques, nous vous conseillons d’en parler à votre fournisseur de soins de santé.

En effet, un certain nombre de méthodes de dépistage, y compris les mammographies chez les femmes, peuvent aider à trouver et à diagnostiquer le cancer du seinLa décision de passer une mammographie ou d’utiliser toute autre méthode de dépistage peut être une décision difficile pour certaines femmes. Si le dépistage du cancer du sein est souvent recommandé, il n’est pas obligatoire. Mais le fait de discuter avec votre fournisseur de soins de santé pour savoir comment vous faire dépister ; les faits et les mythes sur les tests de dépistage ; comment maintenir la santé de vos seins et obtenir de l’aide pour prendre une décision éclairée, sont les meilleures décisions à prendre.

Afin de vous aider dans la prise de ces décisions importantes ; nous partageons avec vous dans cet article à quel moment il est important de se faire dépister pour le cancer de sein, et pourquoi le faire. Alors si vous voulez connaître tout cela, nous vous invitons à lire l’article jusqu’à la fin pour ne rien rater comme informations.

Cancer du sein : quels sont les symptômes

Commençons par dire que le cancer du sein ne cause pas de douleur. En fait, il existe de très rares cas dans lesquels la douleur mammaire est l’indicateur d’un cancer du sein. Au contraire, les sonnettes d’alarme qui doivent vous inquiéter sont les autres. Voyons donc quels sont les vrais symptômes du cancer du sein :

  • La présence d’un ou plusieurs nodules, qu’ils soient durs et à bords irréguliers ou mous et ronds,
  • Changements dans la forme et la taille du sein,
  • Mamelon échancré ou rouge et épaissi,
  • Fuite de liquide d’un seul mamelon.

Dès que vous remarquez un ou plusieurs de ces symptômes, contactez immédiatement un oncologue ou un spécialiste du sein. Ce sera lui qui indiquera les contrôles les plus urgents et surveillera l’évolution de toute maladie en cours.

Il faut dire cependant que de nombreuses manifestations du cancer du sein sont asymptomatiques. Le moyen de vérifier sa présence est donc de passer périodiquement une mammographie et une échographie ; surtout s’il existe une prédisposition familiale ou si vous avez un risque élevé de contracter la maladie.,

Cancer de sein : les types

Il existe de nombreux types de cancer du sein et les méthodes possibles utilisées pour classer ces maladies sont également diverses. Dans la plupart des cas, il s’agit de carcinomes ou de tumeurs qui proviennent de cellules épithéliales.

Le carcinome canalaire se développe à partir des cellules des canaux et peut ensuite s’étendre au – delà de la paroi du canal lui-même. Il représente entre 70 et 80 % de toutes les formes de cancer du sein.

Le carcinome lobulaire part plutôt du lobule et peut s’étendre au-delà de sa paroi. Il représente 10 à 15% de tous les cancers du sein et peut affecter les deux seins en même temps ou apparaître à plusieurs endroits dans le même sein.

D’autres formes de carcinome moins fréquentes sont les carcinomes tubulairespapillairesmucineux et cribriformes. Le carcinome canalaire in situ in situ est plutôt une forme de cancer non invasif (ou pré-invasif) avec un pronostic très favorable.

Les facteurs de risque de cancer du sein

Il existe des facteurs qui augmentent le risque de développer un cancer du sein. Ce sont des facteurs génétiques, hormonaux et liés au mode de vie qui nécessitent un suivi annuel du sein et de ses tissus. Nous allons les lister pour vous, car ils sont d’une grande importance dans la prévention du cancer du sein.

Lire aussi  Gestion du stress : Comment controler le stress ?

1. L’âge : Pendant la période fertile – de l’apparition des premières règles à la ménopause – le risque de contracter un cancer du sein double tous les 10 ans. Cela signifie que si de 14 à 24 ans, par exemple, le risque de cancer du sein est de 20 %, de 24 à 34 ans, il est de 40 % et ainsi de suite. Après 50 ans, cependant, ce risque augmente plus lentement.

2. Facteurs hormonaux : L’apparition précoce des règles et la ménopause tardive augmentent également le risque de cancer du sein. Le cancer du sein, en effet, est étroitement lié aux œstrogènes, ce qui le fait grandir. Plus la période de présence d’œstrogènes est longue, plus le risque de cancer est élevé.

3. Prédisposition génétique : Les cancers du sein héréditaires se transmettent de mère en fille par mutation de 5 gènes. Donc, si votre mère a un cancer du sein, vos examens doivent être plus réguliers.

4. Le mode de vie : Le tabagisme, l’alcool, un mode de vie sédentaire, une alimentation riche en graisses augmente l’incidence du cancer du sein. Avez-vous un style de vie similaire? Apprenez à le changer, même pour éviter d’autres types de maladies, pas seulement le cancer du sein.

Dépistage du cancer du sein : quand dois-je commencer à passer des mammographies ?

Pour les femmes qui courent un risque moyen de cancer du sein, il n’y a pas de réponses faciles pour savoir quand commencer à passer des mammographies. Les recommandations pour savoir quand commencer à passer des mammographies varient d’une personne à l’autre. C’est pour cette raison  que vous devez discuter avec votre médecin pour savoir ce qui convient pour vous.

Par exemple:

Pour les femmes qui présentent un risque moyen de cancer du sein, les soins de santé préventifs recommandent souvent les lignes directrices suivantes :

  • 40 à 49 ans : Les mammographies régulières ne sont pas recommandées,
  • 50 à 74 ans : Des mammographies régulières (tous les 2 à 3 ans) sont recommandées,
  • 75 ans et plus : Vous voudrez peut-être demander à votre médecin si vous avez besoin d’un dépistage du cancer du sein.

Très important: La plupart des experts s’accordent à dire que toutes les femmes devraient être informées des risques et des avantages des mammographies et se voir proposer un dépistage avant l’âge de 50 ans.

Quand arrêter de passer des mammographies est une autre décision. Vous et votre médecin déciderez du bon âge pour arrêter le dépistage en fonction de vos préférences personnelles et de votre état de santé général.

Quels sont les avantages d’avoir une mammographie ?

Les mammographies peuvent détecter certains cancers du sein à un stade précoce, lorsque le cancer peut être traité plus facilement. Souvent, une mammographie peut détecter des cancers trop petits pour vous ou votre médecin. Des études montrent qu’un petit nombre de femmes qui subissent des mammographies sont moins susceptibles de mourir d’un cancer du sein.

Le risque de cancer du sein augmente avec l’âge. En général, les femmes de moins de 50 ans sont moins à risque de cancer du sein. Pour cette raison, les femmes âgées de 50 à 70 ans sont plus susceptibles de bénéficier d’une mammographie que les femmes dans la quarantaine.

L’échographie mammaire : un autre examen à ne pas oublier, dans la prévention du cancer du sein

L’échographie mammaire est un test diagnostique qui analyse les câbles mammaires et axillaires au moyen d’une sonde qui émet des ultrasons ; elle permet de détecter tout nodule mammaire palpable ou de caractériser toute altération des ganglions lymphatiques axillaires. Elle est utilisée comme un examen de deuxième niveau qui complète et intègre le diagnostic de la mammographie, en particulier dans les seins à tissu particulièrement dense.

L’échographie joue un rôle différent chez les femmes de moins de 40 ans qui, en l’absence de symptômes ou de forte familiarité, n’ont pas besoin de suivre un processus de dépistage préventif. Chez ces jeunes femmes, pour lesquelles l’auto-examen est de toute façon recommandé ; l’échographie est utilisée comme test diagnostique en présence d’altérations cliniques ou de nodules palpables. Ces derniers, qui sont généralement soutenus par des kystes ou des fibroadénomes ou des lésions de type bénin doivent dans tous les cas être évalués rapidement au moyen d’un examen échographique.

Lire aussi  Quelles sont les différentes vertus des pierres ?

Les femmes ayant des antécédents familiaux particulièrement pertinents (plus de cas de ce type de cancer chez les parents au premier degré ; celles dont les membres de la famille souffrent de cancer du sein à un jeune âge ou avec des cas de cancer de l’ovaire dans la famille) ; il est souhaitable de réaliser une échographie mammaire dès l’âge de 30 ans.

Les tests génétiques pour le cancer du sein

Les cas de cancer du sein héréditaire sont peu nombreux, environ 10 % des cancers du sein. Cela ne veut pas dire que la prévention du cancer du sein ne doit pas se faire lorsqu’il y a de la familiarité. Au contraire. Compte tenu de la prédisposition, dans ces cas, il est encore plus important de surveiller les tissus mammaires afin de trouver le carcinome à ses débuts.

À cet effet, vous pouvez subir des tests génétiques, qui grâce à un prélèvement sanguin permettent le contrôle de l’ADN. Si les tests génétiques du cancer du sein sont positifs, l’oncologue établira un plan de prévention pour détecter le cancer dès sa première apparition.

Qu’en est-il du test génomique du cancer du sein, quand le faire et comment ?

Les tests génomiques se sont avérés être un outil utile qui peut aider les médecins à adapter les soins à chaque patient. Le but est d’analyser l’ADN de la tumeur pour obtenir plus d’informations sur son agression.

Chez les femmes atteintes d’un cancer du sein hormono-sensible à un stade précoce (HR +, HER2-) ; la décision de suivre ou non une chimiothérapie (en plus de l’hormonothérapie) dépend de plusieurs paramètres, tels que la taille de la tumeur, le stade, l’âge, et ainsi de suite. Le test génomique – qui est réalisé sur un échantillon tumoral prélevé lors d’une intervention chirurgicale et qui donne des informations supplémentaires sur « l’agressivité » de la maladie – est un outil qui peut aider le médecin à décider dans quels cas la chimiothérapie est la plus adaptée et dans lesquels elle peut être évité.

Le test génomique est réalisé dans un centre de cancer du sein sur recommandation de l’oncologue qui le demande (les patientes ne peuvent pas le demander directement) ; les informations obtenues à partir du test seront évaluées, en effet, par l’équipe pluridisciplinaire du centre et communiquées au patient, afin que les décisions concernant un plan de traitement le plus personnalisé possible puissent être partagées.

Après le diagnostic initial du cancer, une intervention chirurgicale est généralement effectuée, au cours de laquelle la masse tumorale est retirée et des contrôles sont effectués sur le ganglion sentinelle. À ce stade, le pathologiste effectue de nouveaux examens (histopathologiques et moléculaires) sur les cellules du tissu prélevé. C’est à ce stade du processus (avant de débuter le traitement médicamenteux adjuvant et toute radiothérapie) que l’oncologue peut demander le test génomique, qui sera toujours réalisé sur un échantillon de la tumeur prélevé.

Ce test est indiqué :

• Pour les cancers invasifs à un stade précoce (HR-positif et HER2-négatif), lorsque les bénéfices de la prescription d’une chimiothérapie en plus de l’hormonothérapie ne sont pas clairs.

• En cas de carcinome canalaire in situ (CCIS) où le bénéfice de la radiothérapie n’est pas clair.

Conclusion

Il est important que nous sachions que le cancer du sein ne s’arrête pas, et doit être diagnostiqué avant même qu’il ne devienne cliniquement évident. Pour cela, il est donc essentiel que les femmes ne retardent pas leurs tests de dépistage qui permettent, en cas de résultat positif, d’intervenir rapidement et d’assurer un rétablissement complet.

Notez cet article !