Tout savoir sur la variole du singe


La variole du singe est une maladie infectieuse virale provoquée par l’orthopoxvirus simien. Étant une zoonose virale, elle est très contagieuse et transmissible des animaux aux êtres humains. Si ce mode de transmission est le plus répandu, la variole du singe peut aussi se transmettre d’un humain à l’autre. Elle se caractérise par l’apparition de vésicules contenant une sorte de pus et des démangeaisons. Prise en charge, symptômes… Que faut-il savoir sur cette maladie ?

Dans quelle clinique aller pour une prise en charge de la variole du singe ?

La variole du singe ou monkeypox est une maladie épidémiologique particulièrement contagieuse. Elle se transmet par contact cutané direct ou indirect. Même si elle se résorbe d’elle-même au bout de 3 semaines maximum, la variole du singe doit être prise au sérieux à cause de sa propension à se transmettre rapidement. Il est donc recommandé d’envisager un dépistage rapide dès l’apparition des premiers symptômes de cette zoonose virale.

D’ailleurs, des centres de dépistage ont été mis en place à cet effet dans certains pays : ainsi, pour la prise en charge de la variole du singe en Belgique, il est possible de se tourner vers l’un de ces centres dédiés à Bruxelles. En dehors de Bruxelles, la plupart des hôpitaux des régions de Belgique proposent le dépistage du monkeypox. Il suffit pour le patient de se rendre dans l’un de ces hôpitaux ou contacter son médecin traitant pour être orienté à la bonne adresse pour une prise en charge rapide.

Lire aussi  Comment éliminer les rides du visage facilement ?

Quels sont les symptômes de la variole du singe ?

Les symptômes de la variole du singe varient d’un sujet à un autre, avec des manifestations diverses. Évidemment, certains profils de personnes sont logiquement plus exposés et peuvent développer des maladies graves une fois infectés par la variole du signe : les femmes enceintes, les enfants et les immunodéprimés. Outre ces cas, le monkeypox s’identifie à des signes clairs.

Une personne touchée par cette zoonose ressentira des éruptions cutanées, généralement consécutives à une adénopathie. Cette éruption vésiculeuse qui dure deux à trois semaines peut s’observer sur différentes parties du corps : plante des pieds, visage, aine, paume des mains, zones anales et génitales. Au début, ce sont des lésions cutanées plates. Elles se remplissent avec le temps d’un liquide, avant de former une croûte et finir par se dessécher. Outre les éruptions cutanées vésiculeuses, d’autres signes sont synonymes de la variole du signe :

  • la fièvre,
  • les douleurs musculaires et dorsales,
  • la fatigue,
  • les maux de gorge,
  • le gonflement des ganglions lymphatiques,
  • les maux de tête,
  • l’asthénie.

Généralement, ces symptômes disparaissent au bout de 3 semaines. Il est néanmoins des cas où la variole du singe se complique chez les sujets à risque que nous évoquions précédemment. Dans ces cas, les éruptions cutanées peuvent provoquer des infections généralisées, des complications neurologiques, des problèmes digestifs et des affections de la vue. Dans tous les cas, si la prise en charge est rapide, le taux de mortalité associé à la variole du singe est très bas.

Tout savoir sur la variole du singe

Que faire si on pense avoir les symptômes de la maladie ?

En cas de risque de contact avec une personne atteinte de la variole du singe ou exposé à un environnement infecté, il faut faire attention à l’apparition des symptômes cités précédemment, ceci pendant 21 jours, à compter de l’exposition. Si les symptômes se manifestent déjà, il est conseillé de contacter rapidement le médecin traitant pour savoir la conduite à tenir.

Lire aussi  Que dit la loi sur le CBD en 2022 ?

Le patient potentiel atteint sera redirigé vers un hôpital pour un test et une prise en charge. Si le test s’avère positif, le professionnel de santé indiquera la conduite à tenir. Le sujet touché peut être gardé en isolement sur place. Il peut aussi demander de rester en isolement à son domicile. Parfois, il faut un test PCR, un prélèvement cutané ou nasopharyngé pour confirmer le diagnostic.

Comment se soigne la variole du singe ?

L’isolement dans un environnement aéré et pendant 3 semaines est l’une des solutions préconisées pour le traitement de la variole du singe. Pendant ce temps, la personne atteinte doit tenir ses proches loin, éviter d’utiliser en commun des objets, sextoys et sanitaires compris. Les activités de plein air sont aussi proscrites pendant ce temps d’isolement.

En cas de présence humaine, il doit porter un masque chirurgical. Selon la localisation des lésions, il est possible d’envisager la pose d’un pansement. Il devra aussi s’abstenir de tout rapport sexuel pendant cette période. Par ailleurs, le traitement de la variole du singe peut aussi être symptomatique. Dans ce cas, le médecin prescrira des produits pour calmer la fièvre, la fatigue et les démangeaisons. Rarement, un traitement par immunoglobulines ou antiviral peut être envisagé. La vaccination est aussi une piste de solution pour les personnes à risque. L’OMS admet à ce jour 3 vaccins préventifs contre la variole du singe.

4.1/5 - (10 votes)