Personnes âgées : quand le ménage devient trop compliqué !


Avec l’avancée de l’âge, le corps subit les contrecoups du vieillissement et les tâches quotidiennes qui étaient auparavant simples à réaliser deviennent plus difficiles. Ainsi, certaines personnes âgées se retrouvent temporairement ou définitivement dans l’incapacité de se préparer à manger, de laver leurs vêtements ou même d’entretenir l’intérieur de leur domicile. Habituellement, ces seniors en perte d’autonomie sont envoyés par leurs proches dans une maison de retraite ou dans une résidence spécialisée. Par contre, il existe d’autres solutions moins radicales pour offrir aux personnes âgées en perte d’autonomie le confort et le bien-être qu’elles méritent, sans les forcer à quitter leur habitat.

Faire appel à une aide ménagère à domicile

L’aide ménagère à domicile est une assistance qui est majoritairement réservée aux seniors cliniquement déclarés inaptes au travail. Pour avoir accès à ce service, le bénéficiaire doit être âgé d’au moins 60 ans et doit vivre seul (ou en couple avec une personne de la même tranche d’âge).

Pour avoir recours à une aide ménagère à domicile, le bénéficiaire doit également disposer d’un budget conséquent pour le paiement des frais de prestation de services (entretien du domicile, aide au repassage, entretien du linge). Toutefois, il existe des allocations sociales qui sont accordées sous certaines conditions afin d’aider les personnes qui ne possèdent pas les moyens financiers nécessaires. Le montant de la subvention peut varier en fonction des besoins de la personne qui bénéficie de l’aide.

Il est très important de savoir faire la différence entre les missions d’une aide ménagère à domicile et celles d’une femme de ménage. En effet, même si les tâches liées à ces deux postes sont relativement similaires, il existe tout de même des spécificités à prendre en compte. Contrairement à la femme de ménage, l’aide-ménagère à domicile ne s’occupe pas uniquement de l’entretien du domicile. Elle doit apporter un soutien physique et moral afin de garantir une meilleure qualité de vie à la personne âgée dont elle a la charge.

De ce fait, l’aide ménagère et la femme de ménage ne détiennent pas les mêmes diplômes et n’ont pas suivi le même cursus. La femme de ménage peut être autodidacte ou au mieux posséder un CAP d’agent de propreté et d’entretien décerné après une formation de deux ans. L’aide-ménagère peut par contre avoir :

  • un CAP ATMFC (Assistant Technique en Milieu Familial et Collectif),
  • un diplôme d’État d’auxiliaire de vie sociale,
  • un BEPA spécialité service aux personnes,
  • un BEP carrières sanitaires et sociales.

aide aux séniors aide ménagère à domicile

Opter pour le système de cohabitation intergénérationnelle

La cohabitation intergénérationnelle est souvent confondue avec la colocation, mais il s’agit de deux choses distinctes. La colocation est la location d’un appartement ou d’un domicile par deux locataires ou plus. Les occupants sont alors soumis à un contrat de location, possèdent les mêmes droits et sont chargés de se partager le loyer.

La cohabitation intergénérationnelle est quant à elle régie par un contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire. Ce système permet à une personne âgée dépendante d’accueillir dans son logement un jeune valide pouvant l’aider dans certaines tâches mineures. Pour que ce système puisse être mis en place, le senior doit être âgé de 60 ans ou plus et le jeune doit avoir moins de 30 ans.

La cohabitation intergénérationnelle avantage les deux parties concernées. Pour les personnes âgées dépendantes, ce système leur évitera surtout de vivre de façon plus isolée dans une maison de retraite. Elles pourront continuer à vivre dans un cadre de vie familier, s’y épanouir, et bénéficier d’aides quotidiennes pour le ménage sans pour autant dépenser des frais dans l’assistance à domicile. En plus de l’entretien de l’habitat, la cohabitation intergénérationnelle permet aux seniors de sociabiliser sans toutefois quitter leur domicile (grâce aux échanges avec leur jeune compagnon).

Néanmoins, le jeune accueilli dans la résidence d’une personne âgée n’est pas tenu par le contrat de cohabitation intergénérationnelle solidaire d’effectuer quotidiennement l’entièreté des tâches ménagères. Si le quota des services qu’il fournit journalièrement est atteint, il peut donc décliner les sollicitations du senior ou demander à être embauché et à être payé comme un travailleur à domicile. Pour éviter les éventuelles tensions, le senior doit alors proposer la cohabitation générationnelle à un jeune bénévole avec qui il a le plus de compatibilité.

Pour le jeune, la cohabitation intergénérationnelle est une solution parfaite pour être logé à moindre coût. Au lieu d’un loyer, il sera juste tenu de payer une petite contribution, ce qui lui permettra d’effectuer des économies considérables. Les deux parties peuvent décider de la durée de la cohabitation en fonction de leurs besoins respectifs et rompre le contrat à la fin du délai ou pour d’autres raisons.

Pas de commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *