Les cannabinoïdes peuvent-ils bloquer l’entrée du SRAS-CoV-2 et des variantes émergentes ?


Les scientifiques continuent de rechercher des substances naturelles qui pourraient aider à prévenir ou à traiter le COVID-19. Récemment, des chercheurs de l’Oregon State University (OSU) ont publié leurs découvertes concernant la capacité des précurseurs acides des cannabinoïdes, l’acide cannabigérolique (CBGA) et l’acide cannabidiolique (CBDA) à bloquer l’activité du virus SARS-CoV-2 dans le corps humain.

On a beaucoup parlé de ces recherches préliminaires, mais nous sommes ici pour trier les faits de la fiction. Commençons par un bref aperçu :

  • La recherche consistait en une modélisation informatique et des essais effectués dans des boîtes de Pétri
  • Aucun humain ou même animal n’a été impliqué dans les expériences
  • L’étude a révélé que le CBDA et le CBGA peuvent se lier à la protéine de pointe de COVID
  • Les chercheurs ont conclu que les cannabinoïdes ont « une longue histoire d’utilisation humaine sûre »
  • Des recherches futures pourraient corroborer cette étude très préliminaire

Les cannabinoïdes sont-ils efficaces pour bloquer le COVID ?

Basé sur cette nouvelle étude de l’OSU [1] résultats publiés dans l’édition de janvier 2022 du Journal des produits naturels, il peut être raisonnable de considérer le CBDA, le CBGA et d’autres cannabinoïdes comme des cibles sérieuses de la recherche sur la prévention et le traitement du COVID à l’avenir. Les résultats de cette étude isolée ne prouvent en aucun cas que les cannabinoïdes sont efficaces contre le COVID, et ils n’indiquent pas que les cannabinoïdes offrent une meilleure valeur que les approches de prévention et de traitement existantes du COVID et de ses variantes.

Nous décomposerons les conclusions de l’étude en sections pour fournir un aperçu complet :

Ligands botaniques de la protéine de pointe

Les facilitateurs de cette nouvelle étude sur les cannabinoïdes ont commencé par utiliser une modélisation informatique avancée pour faire correspondre des composés spécifiques du cannabis avec les protéines de pointe exprimées par le virus COVID. Ils étaient à la recherche de «ligands botaniques de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2», un terme scientifique désignant les substances à base de plantes qui se fixent et neutralisent ainsi les protéines de pointe des virus COVID.

Essentiellement, les chercheurs ont pris la structure de la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, l’ont téléchargée dans un ordinateur et ont commencé à utiliser des algorithmes pour la comparer aux structures de tous les composés connus du cannabis. Ils ont trouvé deux correspondances suffisamment proches pour valider le prochain niveau de recherche : les essais en boîte de Pétri.

Essais de neutralisation de virus

Pour effectuer des tests sur la façon dont le CBDA et le CBGA ont neutralisé la protéine de pointe du SRAS-CoV-2, les auteurs de l’étude OSU ont combiné les virus COVID, les cannabinoïdes et les cellules endothéliales humaines dans des boîtes de Pétri. L’objectif était de déterminer si le CBDA et le CBGA modifiaient la vitesse à laquelle le COVID infectait les cellules humaines, et les résultats étaient pour le moins intéressants, voire carrément prometteurs. Dans les boîtes de Pétri contenant du CBDA et du CBGA, les chercheurs ont noté une diminution des taux « d’entrée de SARS-CoV-2 vivant dans les cellules ».

Lire aussi  Quelles sont les différentes vertus des pierres ?

De la place pour d’autres recherches

Les critiques de cette nouvelle étude de l’OSU n’ont pas tardé à souligner que la recherche préclinique basée en grande partie sur la modélisation informatique n’est en aucun cas le mot définitif sur un sujet scientifique. Nous sommes entièrement d’accord, mais nous attendons également avec impatience les futures recherches sur la capacité des cannabinoïdes à prévenir le COVID. Il est temps d’appeler la communauté scientifique à poursuivre ces recherches sur le CBDA, le CBGA et les protéines de pointe, mais cette fois-ci chez des sujets animaux ou même humains pour acquérir des données plus concrètes.

Les cannabinoïdes peuvent-ils bloquer de nouvelles variantes ?

Voici l’une des découvertes les plus intrigantes de cette étude : les chercheurs ont rapporté que « l’acide cannabigérolique et l’acide cannabidiolique étaient tout aussi efficaces contre la variante alpha B.1.1.7 du SRAS-CoV-2 et la variante bêta B.1.351 ». Ces résultats indiquent que si les cannabinoïdes s’avèrent utiles pour toute forme de COVID, ils seront très probablement efficaces contre toutes les variantes de COVID. Comme pour tous les autres résultats de cette étude très intrigante, nous devrons attendre plus de données avant de tirer des conclusions définitives.

Le THCA pourrait-il également être utile ?

En raison de sa relation avec le THC, les chercheurs de l’OSU n’ont pas pu utiliser l’acide carboxylique THCA dans leurs dosages de virus. Néanmoins, leurs modèles informatiques ont identifié le THCA comme étant l’un des meilleurs ligands de la protéine de pointe COVID, indiquant que ce précurseur cannabinoïde devrait être inclus dans les futures recherches sur le sujet.

Que sont le CBGA et le CBDA ?

Cette étude fascinante s’est principalement concentrée sur seulement deux composés du cannabis : le CBDA et le CBGA. Ces deux précurseurs cannabinoïdes acides sont abondants dans de nombreuses souches différentes de chanvre et de cannabis, et ils se transforment naturellement en CBD et CBG, respectivement par le processus de décarboxylation. Les structures chimiques uniques du CBDA et du CBGA sont ce qui a initialement poussé l’équipe de recherche de l’OSU à signaler ces composés : quels avantages chacune de ces substances intrigantes a-t-elle à offrir ?

Quels sont les avantages du CBDA ?

Depuis que les scientifiques ont découvert que le précurseur du CBD Le CBDA peut être beaucoup plus puissant sur les récepteurs 5-HT de votre cerveau que sa forme finale [2], les scientifiques se sont vivement intéressés au potentiel thérapeutique potentiel de ce dérivé naturel du cannabis. Pas plus tard qu’en 2020, des recherches ont été menées sur le potentiel du CBDA [3] en tant que « médicament anti-inflammatoire, anti-émétique, anti-convulsivant et anti-cancérogène », et récemment, les scientifiques ont commencé à examiner comment Le CBDA pourrait être en mesure de stimuler les traitements existants contre l’épilepsie à base de CBD [4] comme Epidiolex.

Lire aussi  Qu'est-ce que Curcugen : Quels sont ses avantages et en quoi diffère-t-il du curcuma ?

Quels sont les avantages du CBGA ?

Comme le notent des études dès 2015, Le CBGA est couramment utilisé pour synthétiser d’autres cannabinoïdes [5] y compris le THCA et le CBDA. Jusqu’à récemment, le CBGA avait été éclipsé par sa forme finale, le CBG, qui a fait l’objet de recherches pour un large éventail d’avantages potentiels. En 2021, cependant, Le CBGA a été inclus dans une étude sur les cannabinoïdes et l’épilepsie [6]marquant un intérêt accru pour ce précurseur cannabinoïde particulièrement utile.

Résumé : L’effet des cannabinoïdes sur le SRAS-CoV-2

Il est trop tôt pour tirer des conclusions définitives concernant la capacité des cannabinoïdes comme le CBDA et le CBGA à aider à prévenir ou à atténuer les infections au COVID. Cette nouvelle recherche OSU est prometteuse, cependant, dans son analyse que les cannabinoïdes étudiés étaient également utiles pour chaque variante COVID étudiée.

Espérons que cette première étude mettra un pied dans la porte pour de futures recherches. Alors que les inquiétudes concernant l’impact du COVID-19 continuent de perturber les économies du monde entier, nous devrions étudier le potentiel thérapeutique d’autant de substances que possible.

Les protéines de pointe sont la partie la plus dommageable du virus SARS-CoV-2, et nous félicitons l’équipe de recherche de l’OSU d’avoir fait de ces protéines le centre de leurs recherches. Nous voulons tous simplement que le monde soit aussi sain et sûr que possible dans les conditions de pandémie en cours, et si les cannabinoïdes peuvent aider, nous devrions les soutenir avec tout ce que nous avons.

Sources

  1. van Breemen, RB, Muchiri, RN, Bates, TA, Weinstein, JB, Leier, HC, Farley, S., & Tafesse, FG (2022). Les cannabinoïdes bloquent l’entrée cellulaire du SRAS-CoV-2 et des variantes émergentes. Journal des produits naturels. https://doi.org/10.1021/acs.jnatprod.1c00946
  2. Russo, EB (2018). Cannabis Therapeutics et l’avenir de la neurologie. Frontières en neurosciences intégratives, 12. https://doi.org/10.3389/fnint.2018.00051
  3. Formato, M., Crescente, G., Scognamiglio, M., Fiorentino, A., Pecoraro, MT, Piccolella, S., Catauro, M. et Pacifico, S. (2020). (‒)-L’acide cannabidiolique, un composé bioactif encore négligé : un examen introductif et une recherche préliminaire. Molécules, 25(11), 2638. https://doi.org/10.3390/molecules25112638
  4. Goerl, B., Watkins, S., Metcalf, C., Smith, M. et Beenhakker, M. (2021). L’acide cannabidiolique présente des améliorations semblables à celles de l’entourage de l’activité anticonvulsivante dans un modèle aigu de crises chez le rat. Recherche sur l’épilepsie, 169, 106525. https://doi.org/10.1016/j.eplepsyres.2020.106525
  5. Zirpel, B., Stehle, F. et Kayser, O. (2015). Production d’acide Δ9-tétrahydrocannabinolique à partir d’acide cannabigérolique par des cellules entières de Pichia (Komagataella) pastoris exprimant l’acide Δ9-tétrahydrocannabinolique synthase de Cannabis sativa l. Lettres de biotechnologie, 37(9), 1869–1875. https://doi.org/10.1007/s10529-015-1853-x
  6. Anderson, LL, Heblinski, M., Absalom, NL, Hawkins, NA, Bowen, MT, Benson, MJ, Zhang, F., Bahceci, D., Doohan, PT, Chebib, M., McGregor, IS, Kearney, JA et Arnold, JC (2021). L’acide cannabigérolique, une molécule précurseur biosynthétique majeure du cannabis, présente des effets divergents sur les crises chez des modèles murins d’épilepsie. Journal britannique de pharmacologie, 178(24), 4826–4841. https://doi.org/10.1111/bph.15661
Notez cet article !

MENU

Back